Malaisie « Rev’olution

Archive pour la catégorie ‘Malaisie’

Malaise en Malaisie

Lundi 24 août 2009

23-29/07/2009

« Avec des ‘si’ on refait le monde »… Si on n’était pas venu en Malaisie (après tout ce pays ne figurait pas sur notre itinéraire initial) ; si on n’était pas allé à Melacca (au début on voulait aller faire de la plongée sur la côte est) ; si on n’était pas ressorti ce soir-là pour aller faire un tour en bateau ; si on n’avait pas décidé de faire un détour pour retourner voir le magnifique temple chinois (qui soit dit en passant était fermé) ; si j’avais porté mon sac en bandoulière comme on me l’avait conseillé plus tôt dans la journée (j’allais le faire dans la minute qui suivait)….etc, etc, etc… tout cela ne serait pas arrivé !

Et oui mais malheureusement ce soir là nous étions à Melacca, devant le temple chinois, et je ne portais pas (encore) mon sac en bandoulière. Bibi prenait des photos ; il se tenait à 2 mètres devant moi tout au plus. J’étais au milieu de la rue, en train de m’attacher les cheveux. Je n’ai rien vu venir, simplement le bruit d’une mobylette qui démarre juste derrière moi près du trottoir. Bibi venait de se retourner et il a croisé le regard du conducteur du deux roues ; il a tout de suite compris mais c’était trop tard. Ils m’ont frôlé et le passager a attrapé mon sac, j’ai essayé de résister mais il fut le plus fort. Je crois que j’ai eu peur car quand j’ai rouvert les yeux, les voleurs étaient déjà hors de vue ; il n’y avait que Bibi qui est parti en courant au quart de tour, lançant ses tongs sur le trottoir. Je l’ai vu arrêter une voiture (oui oui, comme dans les films !) et disparaître dans une rue sombre. Je suis restée là au milieu de la rue, pleurnichant et me tenant le bras qui me faisait un peu mal. Bibi est revenu quelques minutes plus tard, terriblement énervé de n’avoir pu rattraper les voyous. Nous avons passé les trois heures suivantes au commissariat de police, à expliquer les détails de l’agression et à faire le compte de ce que nous avions perdu. Dans mon sac il y avait ma pochette de voyage, avec mon passeport (heureusement celui de Bibi était resté on ne sait pourquoi dans la chambre d’hôtel), ma carte bancaire, les copies des billets d’avion électroniques, mes permis e conduire français et international, ainsi que le permis de conduire de Bibi (qui n’aurait pas du se trouver là mais comme on l’avait utilisé la veille pour la location du scooter…). Bref, du lourd, et une belle galère qui commence.

On est jeudi soir, mon bras commence à enfler et prendre une coloration bleu-vert ; il nous faut absolument rentrer demain à la première heure à Kuala Lumpur pour nous rendre à l’ambassade car voyez-vous, alors que nous n’avons pas pris l’avion depuis plusieurs mois, nous sommes sur le point d’entamer un marathon aérien de traversée du Pacifique, et nous sommes censés nous envoler pour Sydney dimanche soir, soit dans 2 jours….inutile de dire que ce ne sera pas possible.

Et voilà comment nous nous retrouvons bloqués dans la capitale pendant une petite semaine, à essayer de régler tous les problèmes administratifs et logistiques qui nous sont tombés dessus sans crier gare. On craignait particulièrement la visite à l’ambassade (vous comprenez, on est vendredi et c’est le week end, ça va prendre du temps….) mais en fait tout s’est très bien passé. La jeune femme qui nous a reçus a été très sympa et est parvenue à me délivrer un passeport d’urgence en 3 jours. Par contre, là où ça a été éprouvant, c’est pour les modifications de billets d’avion. Je vous passe les détails mais on et passé par toutes les phases : l’euphorie de croire que tout s’arrangeait, avant la colère et le désespoir de constater que rien n’était facile et qu’on allait peut être devoir payer près de 1500 euros pour de nouveaux billets (Bibi était fou de rage). Finalement, après 4 jours de stress, qu’on a tenté de combattre en allant au cinéma chaque après midi (il fallait bien qu’on s’occupe), et quelques dizaines d’euros de frais de modification, tout est rentré dans l’ordre et nous avons pu prendre l’avion pour poursuivre l’aventure.

Mon exposé de ces quelques jours de grosse galère ne serait pas complet si je ne mentionnais pas le fait que la guesthouse dans laquelle nous nous sommes retrouvés à Kuala Lumpur était bel et bien infestée de bedbugs, ce qui fait que nous n’avons quasiment pas fermé l’œil pendant près de 36 heures (vous imaginez nos tête et humeur…). Enfin, grâce au dernier Harry Potter, Transformers, et l’Age de Glace nous avons tenu le coup, et tout n’est pas perdu puisque Bibi a bien mérité une petite Playstation portable… ;)

Avec du recul, ce qui nous a le plus handicapé dans cette histoire, c’est le vol de ma carte bancaire, car avec seulement celle de Bibi, nous sommes très limités en terme de retrait de cash, ce qui n’est pas bon quand on s’apprête à passer 10 jours en Polynésie, où la moindre ‘case’ en bambou coûte 30 euros la nuit… mais bon ce genre d’aléa fait partie du voyage et ça nous fait des choses à raconter (quoique j’aurais préféré vous vanter les merveilles de Melacca !).

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort… sans rancune pour la Malaisie qui restera une bien belle étape de notre périple.

Patchwork malaisien

Lundi 24 août 2009

16-23/07/2009

Nous devons quitter l’Indonésie car nos visas arrivent à échéance ; nous avons le choix entre Singapour et la Malaisie, mais pour un séjour d’une dizaine de jours la seconde option nous a paru la meilleure, d’autant que les distances ne sont pas énormes ce qui nous permettra d’effectuer plusieurs étapes sur la côte ouest du pays. Autre bonne nouvelle, nous n’avons pas besoin de visa pour entrer en Malaisie.

tuk-tuk-fleuri-melacca

Nous débarquons à Kuala Lumpur, ville qui pour moi n’évoque rien d’autre que les célèbres tours Petronas reliées par un pont-tunnel en verre. Il va falloir remédier à cette large ignorance !

Le quartier ‘backpacker’ de la capitale n’est pas bien grand et heureusement nous avons eu la prudence de réserver nos 2 premières nuits. Coup de bol pour nous, nous tombons sur des ‘hostels’ (auberge de jeunesse, cuisine et salle de bain communes) très sympas et propres. Kuala Lumpur est malheureusement réputée parmi les globetrotters pour être infestée de ‘bedbugs’ (ces petites bestioles noires plutôt mignonnes mais qui envahissent la literie et dont les piqûres me rendent folle. Pas de visiteurs nocturnes cette fois-ci, ouf !

kuala-lumpur

Notre première journée touristique à KL nous emmène tout d’abord au cœur du quartier chinois (étape désormais classique dans nos découvertes des grandes métropoles). Nous commençons à nous lasser des immenses marchés d’articles de contrefaçon, mais nous prenons toujours autant de plaisir à visiter les pagodes et temples. Un peu plus loin nous débouchons sur une grande avenue bordée de très beaux bâtiments, la plupart hérités de l’administration britannique ; nous sommes dans la partie coloniale de la ville. Les édifices conçus selon diverses inspirations architecturales bordent la place Merdeka, symbole de l’Indépendance malaisienne.

melange-des-genres-a-kl

Sur le côté se trouve l’un des plus hauts mâts porte drapeaux du monde, qui culmine si je me souviens bien à près de 96m. Cet espace historique semble aujourd’hui ‘perdu’ au milieu des gratte-ciel, mais les genres se mélangent plutôt bien, et les quelques espaces verts et fontaines contribuent à donner à ce lieu un charme indéniable.

Après l’Histoire, place à la modernité, avec la visite de la tour Menara. Il s’agit de la 4ème plus haute tour de télécommunication au monde. Elle culmine à 421 mètres et bien que le monument en lui-même ne soit pas très photogénique, la colline sur laquelle il est posé représente une belle réserve naturelle et surtout, la vue 360° depuis le point d’observation situé à 276 mètres est splendide.

menara-tower

Nous restons dans le quartier des affaires afin d’admirer les fameuses tours jumelles Petronas by night. Imaginées par l’architecte Cesar Pelli, ces deux tours de 452 mètres chacune ont été les plus hautes tours du monde entre 1998 et 2004, date à laquelle la tour Tapei 101 les a détrônées. Mais ce qui fait la célébrité de cet édifice c’est surtout la passerelle d’acier vitrée qui relie les tours au niveau du 41ème étage, soit à plus de 170 mètres du sol.

petronas-towers-by-night

Après environ 5 heures de bus sur une autoroute en tout point semblable à celles que nous utilisons en Europe, nous empruntons le pont suspendu pour rallier l’île de Penang. L’histoire moderne de Penang remonte à 1786, lorsque Sir Francis Light –ancien officier de la Royal Navy qui a décidé de tenter sa chance dans les colonies - parvint à convaincre le Sultan de céder ce petit bout de terre à la Compagnie Britannique des Indes, pour en faire un de ses principaux comptoirs commerciaux de la région. Il faut dire qu’étant donné sa situation, l’île attirait depuis longtemps déjà toutes sortes de personnes. Les premiers marchands chinois s’y installèrent, suivis des Indiens, principalement originaires de Ceylan.

temple-georgetown-penang

Penang demeure aujourd’hui encore une île multi ethnique, où les communautés malaisienne, chinoise et indienne cohabitent en parfaite harmonie. C’est sans aucun doute ce riche héritage culturel qui a valu à la principale ville de l’île, Georgetown, son inscription en juillet 2008 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

belle-demeure-georgetown-penang

Trois jours durant nous sillonnons les ruelles, collectionnant les édifices historiques de styles architecturaux variés. Les temples hindous côtoient les grandes demeures victoriennes, les monuments d’inspiration néo classique, les mosquées au design géométrique ou encore les riches bâtisses des commerçants chinois. Nos promenades nous conduisent au fort Cornwallis, construit par Sir Francis Light dès son arrivée sur l’île, et qui fut la première base militaire et administrative de la Compagnie Britannique des Indes dans la région. Nous apprécions également la visite du musée, témoignage remarquablement vivant de la diversité culturelle des habitants de l’île. Nous sommes particulièrement intéressés par la découverte des ‘clan jetties‘ véritables quartiers flottants établis par les descendants des marchands chinois. Chaque jetty regroupe la famille d’un immigrant et reflète les particularités historique et social de la lignée.

mosquee-georgetown-penang

Le dernier jour nous décidons de ‘sortir’ de la ville. La colline de Penang fut la première station d’altitude (tout est relatif nous sommes à 830 mètres….) de la Malaisie. On y accède par funiculaire et une fois parvenus au sommet on peut profiter de la fraîcheur ambiante et d’une splendide vue sur la ville.

Après la culture, place à la nature, avec une petite virée dans les Cameron Highlands. On visite la région à scooter. Première étape : une plantation de thé. J’aime beaucoup les paysages que les buissons verts forment. La visite de l’usine nous apprend qu’en fait la fabrication du thé est d’une simplicité élémentaire ; broyage, fermentation, séchage et le tour est joué ! Le thé est prêt à la vente en 48 heures chrono, impressionnant !

plantation-de-the-cameron-highlands

Bibi insiste pour aller voir la ferme aux papillons (un bien grand mot). La volière comprend essentiellement une espèce et les pauvres bêtes ne résistent pas à l’arrosage musclé d’un des agents du site. Tout au long du parcours nous devons éviter d’écrases les papillons qui sont plaqués au sol, trempés et incapables de reprendre leur vol….triste visite. Il y a aussi plein d’insectes et autres spécimens effrayants (scarabée tricorne, scorpions, araignées… ), intéressant mais sans plus car la présentation laisse à désirer.

melacca-historique

Notre dernière étape malaisienne s’appelle Melacca. Encore une ville classée au patrimoine UNESCO, ce qui promet de belles visites ! La vieille ville est en effet très photogénique et on a la chance d’y trouver de sympathiques hôtels. Le nez plongé dans les prospectus explicatifs, et Bibi l’œil collé à l’objectif de son Pentax, nous enchaînons musées et sites historiques tout au long de la journée.

facades-melacca

Le programme des jours suivants s’annonce chargé, m ais malheureusement le destin en décide autrement et suite à un malheureux événement (l’article suivant s’étend sur le sujet) nous sommes contraints de rentrer immédiatement en capitale. Nous quittons Melacca le cœur lourd et espérons avoir un jour l’occasion d’y revenir afin d’en poursuivre la visite.

temple-melacca