Concentré de culture et religion à Kathmandou « Rev’olution

Concentré de culture et religion à Kathmandou

11-13 et 18-20/04/2009

Après 10 jours de trek dans la chaîne des Annapurnas, et un second ‘bain de nature’ dans le parc du Chitwan, on peut dire que l’arrivée dans la ville de Katmandou est assez déconcertante. Circulation dense, pollution atmosphérique, klaxons, etc… on avait presque oublié l’existence de toutes ces nuisances, mais il faut vite nous réhabituer d’autant que notre destination finale est le quartier de Thamel, passage obligé de tous les touristes, avec ses hôtels, ses bars, ses restaurants, ses pizzerias, ses boutiques d’artisanat et ses magasins d’équipement de sport. Impossible de faire plus agité et plus bruyant !

tout-ce-dont-vous-avez-besoin-se-trouve-a-thamel

Une fois installés, notre premier réflexe est de s’éloigner de toute cette effervescence pour tenter de trouver un peu d’authenticité. Suivant notre flair nous nous engageons dans un dédale de ruelles dont nous ne ressortons que deux heures plus tard, après avoir découvert toutes sortes de merveilles. La vieille ville est un labyrinthe de passages et cours intérieures qui cachent presque tous des fontaines et des sanctuaires. Au fil de nos errances nous découvrons ainsi un ancien temple aux façades et fenêtres richement sculptées reconverti depuis peu en école, une place couverte de stupas de toutes tailles, un monastère shaolin, un temple dédié aux pigeons, et même la statue du dieu des maux de dents !

porte-dun-temple-shaolin

le-temple-des-pigeons1

Mais le lieu mythique de Katmandou, le véritable centre culturel et religieux reste Durbar square, site fort justement classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit d’un complexe de temples (plus d’une vingtaine au total) et stupas à la fois bouddhistes et hindouistes regroupés dans un périmètre assez réduit. La plupart ont été construits entre le 12èmeet le 18ème siècle, sur le style de pagodes dont les façades ont été richement sculptées. Une importante partie du complexe est également occupée par un imposant palais qui fut la résidence des rois népalais jusqu’au début du XXème siècle.

un-des-batiments-de-durbar-square

detail-dune-idole

La visite du complexe est impressionnante ; on est constamment entouré de bâtiments plus imposants et curieux les uns que les autres et on ne sait pas trop où donner de la tête.

vue-densemble-durbar-square

Plusieurs de ces édifices ont des histoires intéressantes. La plus haute des constructions, le Taleju temple, 3 étages posés sur une plateforme en escalier à 12 marches (le tout culminant à 36m) est uniquement réservé à l’usage de la famille royale ; il est strictement interdit de construire un bâtiment plus haut que celui-ci. Le kumari ghar, est en fait la résidence d’une jeune déesse vivante. Repérée selon des critères spécifiques (aucune marque sur la peau, thème astrologique particulier…)à un très jeune âge (4-5 ans), la petite fille est traitée comme une vraie princesse. Tous ces désirs sont satisfaits, mais elle vit recluse dans sa maison entourée de sa prêtresse. Elle ne sort jamais sauf pour une ou deux cérémonies et apparait quelquefois au balcon de sa maison. Sa ‘sainteté’ prend fin à la première goutte de sang versée (blessure ou apparition des règles) car cela signifie qu’elle est devenue impure. Après son ‘règne’ la jeune fille est rendue à ses parents (avec de quoi leur assurer une vie bien confortable) et peut reprendre une vie normale si ce n’est qu’elle ne peut se marier, à cause d’une croyance superstitieuse qui voudrait qu’elle meure quelques jours après son mariage.

maison-de-la-kumari-deesse-vivante

Outre les visites de lieux culturels, notre séjour à Katmandou nous a également permis de longuement visiter la salle d’attente de l’ambassade d’Inde. Nous avons besoin de visa de transit car nous allons passer une journée à Delhi avant de nous envoler pour la Thaïlande. Nous nous présentons à l’ouverture des bureaux à 9 heures, la salle est déjà bien pleine. Notre ticket (et oui c’est comme au rayon charcuterie !)porte le numéro A41 et nous constatons avec stupéfaction que les panneaux électroniques situés au dessus des 2 guichets appellent les ‘C’ et les ‘F’… c’est finalement vers 12h30 que nous sommes appelés au guichet, où l’agent se contente de prendre nos passeports et 30$, et nous demande de venir rechercher nos documents en fin de journée. Nous avons attendu tout ce temps pour ça ? Notre journée est un peu perdue mais nous avons été bien inspirés de ne pas remettre cette formalité administrative à plus tard car nous apprenons que demain est le Nouvel An népalais ; ce sera donc un jour férié.

Les merveilles du Durbar Square de Katmandou ne sont qu’une introduction aux trésors dont regorge la vallée environnante. Dans un périmètre de 15 km autour de la ville, on compte pas moins de six autres sites classés au patrimoine mondial. La visite continue donc avec notre prochaine destination : Bhaktapur.

taleju-temple

Mots-clefs : ,



Le commentaires sont fermés.