Le Gunung Bromo, volcan-carte postale « Rev’olution

Le Gunung Bromo, volcan-carte postale

01-03/07/2009

Le trajet effectué de nuit en bus tout confort se passe le mieux du monde, si ce n’est qu’on nous avait promis un dîner, qui est arrivé à 3h30 du matin, alors que nous ne l’attendions plus ! Largués sur une grande avenue déserte et peu éclairée de la petite ville de Probolinggo à 4 heures du matin, nous avons le pressentiment que la journée sera longue. Contre toute attente, un rideau de fer se lève et un jeune homme les yeux encore plein de sommeil nous présente deux chaises et nous souhaite la bienvenue. Un coup de fil et quelques minutes plus tard son patron arrive en scooter et prend place derrière un petit bureau. Nous réalisons alors que ce minuscule garage est en fait une agence de voyage, et que nous sommes certainement en train de nous faire embarquer dans un plan attrape-touristes, mais bon il est tôt, pas un taxi en vue, on ne connait pas la ville, alors une fois n’est pas coutume, on écoute attentivement ce que ce monsieur nous propose. Si nous nous sommes arrêtés à Probolinggo, c’est tout simplement car il s’agit de la ‘grande’ ville la plus proche du Gunung Bromo, un des célèbres volcans de l’archipel. L’agent nous présente son ‘package à prix défiant toute concurrence’ que nous arrivons tant bien que mal à obtenir pour moitié prix. Il nous prévient que nous aurons du mal à trouver un logement sur place car les touristes sont nombreux ces jours-ci, mais n’ayant pas vraiment eu de souci de ce côté-là jusqu’à présent, nous faisons la sourde oreille. Le trajet jusqu’au hameau de Cemero Lawang n’est censé durer qu’une petite heure, mais étant donné que notre minibus qui fait également taxi local s’arrête plusieurs fois en cours de route pour prendre à bord des femmes rentrant du marché, chargées comme des mulets, ainsi qu’une cargaison de planches de bois difficilement hissée sur le toit du véhicule, nous n’arrivons à destination que trois heures plus tard. Nous sommes pas mal montés en altitude et la fraîcheur ambiante nous semble tout d’abord bien agréable, puis finalement un peu trop fraîche…plus l’habitude de porter des manches longues, voire même la polaire !!

premiere-impression

L’agent de Probolinggo nous avait certainement embobiné sur ses soit disant prix imbattables, mais là où il ne s’était pas trompé c’est sur le manque de logement. Les touristes ne sont pas légion ici et pourtant les trois premiers établissements hôteliers que nous visitons affichent plein ; seule un minable cagibis nous est proposé pour une somme tellement déraisonnable que nous ne pouvons nous résigner à accepter, même pour une nuit. Alors que nous croyons notre quête désespérée (plusieurs personnes du coin nous assurent qu’il n’y a pas d’autre option) nous apercevons un dernier petit hôtel et quelle n’est pas notre étonnement de constater qu’il est loin d’être totalement occupé. Ravis, nous déposons nos sacs et partons immédiatement admirer la vue sur le volcan depuis le haut du village.

bibi-et-nounoune-au-gunung-bromo1

L’Indonésie compte de nombreux volcans mais s’il en est un à voir, c’est bien le Gunung Bromo. Le dôme fumant en lui-même n’est pas extraordinaire, mais son environnement est absolument superbe. Le cône est posé sur une vaste ‘mer’ de sable ; juste à côté, un autre volcan quant à lui éteint depuis belle lurette et recouvert de verdure, et derrière, le majestueux Gunung Semeru qui culmine Java à plus de 3650 mètres et qui complète ce paysage si particulier. Bertrand, qui ne connait que le Mont Cameroun planté au milieu de la forêt tropicale est particulièrement impressionné par ce spectacle de désolation pourtant si beau. Pour ma part je ne peux m’empêcher de faire un bond en arrière de presque 25 ans, pour me retrouver toute jeune face au superbe volcan de la Fournaise, à l’île de la Réunion. Les deux sites sont semblables et dégagent la même sensation de fin du monde ; c’est très photogénique.

je-suis-le-maitre-du-monde

La vraie aventure a lieu le lendemain matin, bien avant le lever du soleil lorsque nous embarquons dans une vieille jeep en compagnie de six autres touristes. Une heure plus tard, nous arrivons au fameux belvédère qui offre la plus belle vue sur le site volcanique. Il fait un froid de canard et emmitouflée et grelottante dans mes cinq épaisseurs de tissus spécialisés ‘grands froids’ je ne peux m’empêcher de plaindre les quelques dizaines de touristes (pèlerins ?) locaux qui se promènent en pull fin et sandales.

feerie-matinale

Peu à peu le soleil se lève et ses reflets font du Gunung Bromo un vrai paysage de carte postale. Bibi s’est accroché à un parapet pour prendre ses photos, et il trouve l’endroit tellement parfait qu’il ne le lâche plus, résistant aux assauts des autres touristes en quête du ‘spot’ idéal.

lever-de-soleil

De retour dans la jeep nous nous dirigeons vers le pied du cône fumant dont l’accès se fait par 253 marches. Pas moins d’une centaine de paysans locaux attendent les touristes fainéants, sur leurs petits chevaux, pour les emmener au pied de l’escalier. Les montures effectuent des allers-retours à une vitesse folle, créant un nuage de poussière très pénible pour les marcheurs courageux que nous sommes. Ceci-dit, une fois arrivés à l’escalier les paresseux n’ont plus le choix, ils doivent mettre pied à terre et grimper sans aide (et c’est là que nous rigolons discrètement !!!) ;-)

le-volcan-et-le-cheval1

Le cratère ne présente pas un grand intérêt, mais c’est toujours impressionnant de voir l’épaisse fumée qui s’en dégage et surtout l’odeur de soufre, peu agréable. On se demande d’ailleurs comment font les quelques vendeurs d’offrandes postés là toute la journée. La vue depuis le haut du cratère est également magnifique, avec notamment l’étonnant temple hindou qui a été récemment construit juste à côté du Gunung Bromo.

je-vous-lavais-dit-quil-etait-actif

vendeur-perdu-dans-les-vapeurs-de-soufre

vue-depuis-le-cratere

Contrairement à la majorité des touristes, nous décidons de rester une nuit supplémentaire pour profiter des collines alentours et de la sérénité du site, avant de gagner l’effervescence de Yogyakarta, capitale artistique et culturelle de Java.

collines-avoisinantes1

Mots-clefs : ,



2 commentaires sur “Le Gunung Bromo, volcan-carte postale”

  1. xavanna dit :

    Je connais au moins un de ces touristes fainéantes… mais bon son excuse c’était qu’il voulait faire travailler la main d’œuvres locales!!! Ntouka ça a donné des photos très marrants ;-) bisous! Anna

  2. xavanna dit :

    Droit de réponse…
    Ces gens ont des familles à nourrir… Il faut bien que quelqu’un pense à cela… et c’est bibi, non pas toi, moi… C’est l’expression quoi…