L’école du monde n°3: les jeunes Indiens et Népalais « Rev’olution

L’école du monde n°3: les jeunes Indiens et Népalais

C’est assez facile d’observer les enfants dans ces deux pays car ils y sont très nombreux, presque aussi nombreux que les adultes ; on les voit donc partout.

Tout comme chez nous l’école est obligatoire et gratuite. Tous les jeunes Indiens et Népalais devraient donc bénéficier d’une bonne éducation. La réalité est malheureusement bien différente et de nombreux problèmes se posent aux familles. Les parents doivent notamment payer les fournitures scolaires (cahiers, stylos…) et surtout les uniformes. Et oui, alors que vous pouvez choisir chaque matin les vêtements que vous voulez porter pour la journée, les jeunes Indiens et Népalais sont tous habillés de la même façon, bizarre, non ? Pas tant que ça : si vous demandez à vos papys / mamies, ils vous diront qu’eux aussi portaient des uniformes quand ils étaient petits !!

debut-de-la-classe

Comme l’Inde et le Népal sont des pays très pauvres, les familles n’ont pas toujours l’argent nécessaire pour envoyer tous leurs enfants à l’école. Dans ce cas, ce sont souvent les garçons qui vont en priorité à l’école, tandis que les filles restent à la maison. Dans les régions les plus isolées il arrive même qu’il n’y ait aucune école ; les enfants sont utilisés pour travailler dans les champs et les rizières dès leur plus jeune âge ; beaucoup ne savent ni lire ni écrire.

jeunes-filles-vendant-des-fleurs

enfants-dune-famille-pauvre-jouant-de-la-musique

petites-filles-portant-des-paniers

La religion est très importante en Inde et au Népal, et elle fait partie intégrante de la vie quotidienne. Les enfants sont emmenés très tôt dans les temples où leurs parents leur apprennent à rendre hommage aux dieux et à leur présenter des offrandes. De nombreux enfants sont également destinés par leurs familles à devenir des moines (ou des nonnes pour les filles). Ils sont donc envoyés très jeunes dans des monastères où ils vivent en communauté et apprennent les textes sacrés, les rituels, etc… Ce genre de vie peut nous sembler difficile mais en fait les moinillons ne manquent de rien et tous ceux que j’ai rencontrés avaient l’air très heureux.

jeunes-moines-pendant-la-ceremonie-des-offrandes1

Tous les enfants n’ont malheureusement pas la chance de vivre avec leurs parents (ils peuvent être morts ou trop pauvres pour s’occuper d’eux) ou dans les monastères. Ils vivent donc dans la rue, et demandent aux passants de quoi manger ou un peu d’argent.

jeunes-garcons-des-rues

Mais d’où qu’il vienne, qu’il soit pauvre ou riche, un enfant reste un enfant et sa principale occupation, c’est de jouer : mis à part les classiques jeux de billes, les petites voitures (improvisées à base de canettes ou bidons d’huile en plastique et capsules de coca cola) deux activités qui nous sont assez étrangères sont omniprésentes en Inde et au Népal : le cricket et le cerf volant. Le jeu de cricket est relativement compliqué : il se joue à deux équipes, l’une est chargée de lancer une balle que l’adversaire doit frapper avec une batte plate et envoyer le plus loin possible afin que la première équipe ne puisse la rattraper. Pour les cerfs volants, c’est plus simple, il s’agit de les faire voler haut et loin. Mais il existe également des combats de cerfs volants dans lesquels les enfants attachent des bouts de verre à la ficelle de leur cerf volant et le but est de couper les ficelles des concurrents sans se faire couper la sienne.

le-cerceau

bombes-a-eau

cricket



Un commentaire sur “L’école du monde n°3: les jeunes Indiens et Népalais”

  1. maman dit :

    Qu’ils sont mignons les petits bonzes !!! Je préfère leur costume ocre jaune à celui de galérien des écoliers !! Il ne leur manque plus que les chaînes !!Félicitations pour les commentaires et les photos !!