L’école du monde n°6: contes et légendes de Bolivie « Rev’olution

L’école du monde n°6: contes et légendes de Bolivie

Voici donc pour vous la légende du condor et du renard.

Il était une fois une montagne sur laquelle vivaient de nombreux animaux. Parmi eux le condor et le renard étaient très amis. Un jour, le condor vint rendre visite à son ami le renard et lui annonça que c’était bientôt son anniversaire. « Je vais donner une fête pour célébrer mon anniversaire et j’aimerais t’y inviter. Elle aura lieu là haut, chez moi, dans le ciel. Tu viendras ? »

Le renard était très content de l’invitation mais il expliqua au condor que ne sachant pas voler, il ne voyait pas comment il pourrait se rendre dans le ciel. Le condor lui répondit que cela n’était pas un problème. « Je viendrai te chercher et t’emmènerai là-haut sur mon dos. »

Le jour prévu, le condor vint chercher son ami le renard et tous deux s’envolèrent vers le ciel. Après un long voyage ils arrivèrent à l’endroit où avait lieu la fête. Un grand buffet était prêt pour les invités. Le condor s’adressa au renard : «tout les invités ne sont pas encore présents donc il est interdit de commencer à manger avant que j’en donne la permission. » Le renard fit signe qu’il avait compris.

Après une demi-heure, le renard, fatigué d’attendre, décida de se servir à manger. Il goûta à presque tous les aliments qui étaient placés sur le buffet et se resservi même de plusieurs plats. Une fois bien rassasié il voulut rentrer chez lui et chercha un moyen de redescendre sur terre. Il trouva une longue corde qu’il s’attacha autour du ventre et se laissa glisser dans le vide. A mi chemin il rencontra deux perroquets qui volèrent près de lui. Très fier de son astuce il ne pu s’empêcher de leur crier : « vous voyez, moi aussi je sais voler aussi haut que vous ! ». Les perroquets n’apprécièrent pas la remarque du renard, et coupèrent la corde avec leur bec. Le renard fit une terrible chute et vint s’écraser sur des rochers. Tout ce qu’il avait mangé – des patates, du maïs, du riz, des haricots, du café, du blé, etc… - fut répandu sur la terre.

Tous ces aliments forment aujourd’hui la base de l’alimentation des populations de la région des hauts plateaux boliviens. La légende veut donc que ce soit le renard qui ait amené toutes ces bonnes choses du ciel, afin que les hommes puissent les cultiver et s’en nourrir.

imgp8364

Certaines des histoires ressemblent davantage à des fables ; elles contiennent une ‘morale’ et apprenne aux enfants à être plus malins que ceux qui leur veulent du mal. Celle-ci s’intitule Le renard et le lapin.

Ce matin là il faisait très beau et le lapin profitait du soleil, allongé contre un petit muret. Le renard passait par là, vit le lapin et décida qu’il se le mettrait bien sous la dent. Mais le lapin lui dit « Renard, tu ne peux pas me manger, car je retiens ce mur qui est en train de s’effondrer. Si tu me croques, le mur va s’écrouler sur toi. » Le renard et le lapin se mirent d’accord pour que le renard parte chercher quelqu’un ou quelque chose qui puisse retenir le mur à la place du lapin. Le renard partit en courant, pensant qu’il allait bientôt faire un bon festin. Il revint quelques minutes plus tard avec un gros bâton, mais alors qu’il était en train de placer le bout de bois contre le mur, le lapin en profita pour prendre la fuite.

Le renard, très énervé par le tour que le lapin venait de lui jouer partit à sa poursuite. Il le retrouva un peu plus tard en train de déguster des fruits de cactus. Le renard était très en colère : « Maintenant je vais te dévorer et tu ne te moqueras plus de moi avec tes farces ! - C’est vraiment dommage, répondit le lapin, car ces fruits de cactus sont bien plus savoureux que moi ! Et il y en a plein ici, regarde ! ». Le renard, qui ne connaissait pas les cactus se précipita dans les buissons piquants et se retrouva couvert d’épines douloureuses, et vit le lapin qui prenait une nouvelle fois la fuite.

On pourrait terminer l’histoire par le fameux ‘il jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y reprendrait plus’….quoique, ne dit-on pas également ‘jamais deux sans trois ?

imgp7036

Allez, bonne nuit les petits !



Le commentaires sont fermés.