Tombe l’eau à Iguaçu « Rev’olution

Tombe l’eau à Iguaçu

28-29/10/2009

Les experts en géographie auront sûrement remarqué la liberté que j’ai prise de classer les chutes dans le dossier ‘Argentine’ ; il me faut préciser que les chutes se situent à la frontière entre le Brésil et l’Argentine et qu’il est donc possible de visiter les 2 côtés du site, ce que nous avons fait, bien sûr. Mais nous avons passé plus de temps du côté argentin, qui nous a d’ailleurs semblé bien plus impressionnant, voilà pourquoi j’ai décidé que cet article serait argentin.

vue-densemble

Visiter les chutes d’Iguaçu, c’est comme assister à un spectacle dans un amphithéâtre composé de 275 chutes d’eau d’environ 80 mètres de haut. Le bruit est assourdissant, et on est constamment recouvert d’une fine couche de gouttelettes d’eau. La légende locale veut que le site soit la création d’un dieu de la forêt, rendu jaloux par la fuite en canoë d’un guerrier avec la jeune fille dont il était amoureux. Le dieu fit en sorte que le lit de la rivière s’effondre devant l’embarcation des fugitifs, les précipitant ainsi vers une mort certaine, à plusieurs dizaines de mètres en contrebas. La jeune fille se serait transformée en rocher, tandis que son amant veille sur elle non loin de là, réincarné en arbre. L’explication géologique est évidemment moins romantique : il s’agit simplement de la dépression subite du plateau basaltique que parcourt le fleuve Iguaçu ; avant de plonger, le fleuve se divise en plusieurs branches, créant ainsi les différentes cascades.

coati1

Si je devais écrire un guide touristique, je conseillerais aux éventuels touristes de commencer la visite par le côté brésilien. Il procure une belle vue d’ensemble des chutes. Le petit sentier que l’on peut rapidement parcourir à pied a été tracé de telle sorte qu’on dispose toujours d’un remarquable panorama sur ce qui se passe de l’autre côté, en Argentine (y compris les hordes de toursites). En balayant l’horizon de gauche à droite notre regard croise ainsi des dizaines de chutes d’eau plus hautes ou plus puissantes les unes que les autres. Le chemin prend fin en apothéose non loin de la fameuse ‘gorge du diable’. On peut également observer les nombreux bateaux pneumatiques qui emmènent des touristes en mal de sensations fortes au pied des chutes.

cote-bresilien1

Les choses sérieuses ont toutefois lieu du côté argentin, où les infrastructures ont été pensées comme pour un grand parc d’attractions. Un petit train effectue continuellement le tour du parc, faisant halte dans différentes stations d’où partent des sentiers balisés. Promenade à travers des bosquets pour admirer la faune et la flore locales, ou passerelles de bois menant au pied des chutes, il y en a pour tous les goûts.

les-chutes-vues-den-haut

Le chemin le plus emprunté est celui qui aboutit en surplomb de la ‘Gorge du diable’. Là, cheveux au vent et visage humidifié par l’eau des chutes que le vent leur renvoie, des centaines de touristes affluent et prennent la pose afin d’immortaliser le lieu et l’instant.

la-gorge-du-diable

Une telle merveille en guise d’introduction à l’Argentine, notre dernière grosse étape du voyage s’annonce prometteuse. Un seul bémol : le coût de la vie. Plusieurs personnes nous avaient dit que le pays était de moins en moins cher, mais finalement nous ne voyons pas trop la différence avec le Brésil. Mise à part la viande achetée au supermarché (l’énorme steak de 500gr pour moins d’un euro, c’est bien vrai !), le logement et les restos nous semblent particulièrement onéreux. Nous espérons secrètement que cela est spécifique à la ville de Puerto Iguaçu mais allons malheureusement vite nous rendre compte que c’est partout pareil….Les Argentins ne sont pas dupes ; les touristes ici n’ont pas le même profil qu’en Bolivie ; ils disposent d’un budget bien plus élevé, alors pourquoi maintenir des bas prix quand la majorité des visiteurs peuvent se permettre des chambres d’hôtels à 50 euros et des restos à 25€ ??!! Nous modifions donc nos habitudes et prenons désormais des chambres dans des auberges avec cuisine à disposition des occupants. Et c’est parti pour un mois de steak/frites ou steak/pâtes !!! Bibi est aux anges !

ca-mouille

on-y-etait

Mots-clefs :



Un commentaire sur “Tombe l’eau à Iguaçu”

  1. Yolande dit :

    Encore un lieu incontournable ! Quelle photo magnifique que celle du rocher dont on aperçoit les contours mystérieux derrière un voile de brume-écume ( sacré brumisateur !!!!), digne d’ un tableau de Caspar David Friedrich. Vite , je lis encore les 2 autres articles avant de terminer de faire les valise s( nous partons demain) Yolande